Un sel… des sels

Le sel de mer

Marais salants : du soleil, du vent et un savoir-faire millénaire

Le principe des marais salants repose sur la cristallisation du sel contenu dans l’eau de mer, sous l’action conjuguée du soleil et du vent.
1. L’eau, pompée depuis la mer, est dirigée dans des bassins peu profonds ou des plans d’eau artificiels.

2. Elle circule de bassin en bassin et s’évapore petit à petit, augmentant sa concentration en sel. Quand une certaine concentration en sel est atteinte, l’eau est dirigée vers le bassin suivant et ainsi de suite jusqu’au dernier bassin de forme rectangulaire – nommé table salante, cristallisoir ou œillet selon la région – où la cristallisation s’effectue.

3. Après assèchement ou retrait de l’eau résiduelle, la couche de sel, appelée « gâteau », déposée au fond des tables salantes, est récoltée manuellement ou mécaniquement (à l’aide d’un récolteur).

4. Si les conditions météorologiques le permettent, une très fine pellicule de sel se formant à fleur d’eau peut être récoltée manuellement par le saunier (en Méditerranée) ou le paludier (sur le littoral atlantique), à l’aide d’un long râteau de bois. Il s’agit de la fleur de sel.

5. Le sel est stocké en tas (en Camargue : les camelles de 10 à 15 mètres de haut) ou sous hangar, pour le protéger des intempéries.

6. Le sel est conditionné en fonction de son utilisation ultérieure.

 

Station de pompage en Camargue © Rey pour Salins du Midi
Station de pompage en Camargue
© Rey pour Salins du Midi

Martelière permettant la gestion de la
circulation des eaux entre bassins
© Salins du Midi

Cueillette de la fleur de sel © Salins du Midi Cueillette de la fleur de sel © Salins du Midi
Récolte – Aigues-Mortes © Salins du Midi Camelle – Aigues-Mortes © Salins du Midi

 

Les commentaires sont fermés.