Un sel… des sels

Le sel ignigène

Evaporateur TC2 à Varangéville © Youssef Larayedh pour la Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l'Est

 

De la chaleur pour cristalliser le sel en saumure

Cette très ancienne technique repose sur la cristallisation du sel par l’évaporation de saumure. Dès le néolithique, l’eau de mer ou la saumure provenant de sources salées était mise à cuire dans des récipients placés sur un foyer, d’où le qualificatif « ignigène » (d’ignis, le feu). Aujourd’hui, en France, la saumure est extraite de gisements souterrains (Cf. l’exploitation du sel par dissolution).

1. La saumure, provenant de la dissolution du sel gemme dans l’eau douce injectée, est pompée vers une station d’épuration où les insolubles sont précipités, puis acheminée vers des évaporateurs.
Dans les évaporateurs, le sel cristallise en continu. Il s’amasse à la base des évaporateurs d’où il est extrait.

2. Le sel est essoré et séché

3. A partir du sel fin ainsi obtenu, on peut, par compaction, fabriquer des pastilles, des berlingots, des pierres à lécher pour le bétail…

Les commentaires sont fermés.